Cols et parcours cyclistes de Jidé

Ballades en Corbières et Roussillon

 

L’AUDOISE – LA CLASSIC 11- 2015 16 mai, 2015

Classé dans : SPORT CYCLISME — nitouvelociraptor @ 14:51

P1070673

 

C’est dur le vélo, mais quand  on aime  on ne compte pas.

 

En principe lorsque l’on vient sur une compétition c’est pour gagner. Pourtant dans l’univers des cyclosportives il apparaît évident que la grande majorité ne viennent pas courir pour la victoire. Ce n’est pas pour autant que l’on peut dire qu’ils sont là pour faire le nombre, non leur motivation est ailleurs : «  se prouver quelque chose, accompagner les copains, se préparer à des objectifs plus importants, découvrir de nouveaux paysages, tout simplement parce que l’aventure est au coin de la route ou pour profiter d’un grand moment de partage en commun… ! ».

 

C’est ce qui nous avait réuni en ce jeudi de l’ascension du côté de Villeneuve de Minervois pour participer à la Classic 11. J’y étais allé avec les copains du CC Sigean mais surtout pour accompagner Fred l’ours de Plaisance. Il prépare L’Ariégeoise. Mais, déjà rien qu’à l’évocation de l’intitulé de ce jour férié il aurait du se méfier : « l’ascension ! »

 

Il est vrai que dès le départ l’euphorie collective d’une coalition Sigeanaise nous a conduit au pied de la première bosse à plus de 40km/h pendant une dizaine de bornes. Et là tout d’un coup, au lieu de se conduire en père tranquille chacun s’est égaillé dans la  montée comme si il avait quelque chose d’urgent à accomplir. Fini la cohésion des premiers kilomètres. Sagement, avec Fred et Yves nous avons décidé de faire cause commune jusqu’à ce qu’un vent récalcitrant et frontal, aussi usant que les faux plats successifs n’érodent la patience et la vaillance de l’ours toulousain. Se fanant au fil de la course il ne lui restait plus que quelques pétales pour aborder la dernière difficulté. Yves ayant décider de partir en éclaireur.

 

Mais, nul n’ignore que dans l’effort individuel lorsque la pente s’élève le cycliste s’isole, même au milieu du groupe, dans sa propre inquiétude celle d’arriver en haut. Coup de pédale, après coup de pédale, mètre après mètre, virage après virage, le sommet se rapproche et le coureur s’accroche. C’est aussi ça l’ascension, ce n’est pas qu’un jeudi. J’ai vu, après Roquefère dans la montée du Col de La Prade, ce que le mental, la volonté et le courage pouvait faire accomplir à un cycliste. Respect Monsieur FRED, tu es allé le chercher ce col ; même si à ce moment tu ne pouvais pas t’empêcher de penser à ce que disais Coluche : « Si y a un sport qu’est dur c’est le vélo. C’est dur le vélo. Oh là là ! Qu’est-ce qu’il faut être con pour faire ça comme sport ! »

Mais une fois en haut tu as eu ta  récompense avec une belle descente comme tu les aimes… bien longue et vent dans le dos… Et là c’est toi que je cite: « Pour reprendre la formule d’un philosophe Saint-Joryen bien connu dans le monde du vélo (alors c’est peut-être Sylvain l’auteur)  : « Ce que la gravité m’autorise dans les descentes, l’inertie me l’interdit dans les montées… » »

 

Finalement l’affaire s’est bien terminée pour tout le monde et chacun a fait sa course avec ses possibilités et ses envies. Au final, c’est devant une grande tablée que dans  le peloton de nouveau soudé nous avons partagé nos souvenirs du jour et un excellent repas ; même si Fred aurait préféré une petite pâtisserie à la fin plutôt qu’un fruit. On ne se refait pas et quand on aime on ne compte pas.

DSC01146 Fred 2

 

 
 

Ligue de badminton Cluzeau ... |
Grande Traversée des Alpes ... |
touchdownofcaptainmangas |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | V.C.GOUZON
| coachequitationdressageaqui...
| Club sportif et culturel de...